Les pandas sont en voie de disparition, mais leur situation s’améliore

Le braconnage et la déforestation sont les deux principales causes du déclin démographique des pandas. Aujourd’hui en voie de disparition, les chercheurs essaient d’améliorer la reproduction de l’espèce.

Le panda géant est certainement l’espèce la plus populaire au monde. C’est sûrement grâce à cette affection qu’il est sorti de la Liste rouge de l’UICN en 2016. Cependant, il n’est pas sorti d’affaires, il est passé du statut « espèce menacée d’extinction » à « espèce vulnérable ». C’est une victoire pour les défenseurs des animaux mais l’ours mangeur de bambou n’est toujours pas en situation stable.

C’est dans les années 80 que les associations ont commencé à considérer le danger d’extinction des pandas. L’activité humaine dans la région a épuisé une grande partie des ressources disponibles de bambous, laissant l’ours albinos sans assez de nourriture pour se reproduire convenablement.

C’est une espèce assez capricieuse, elle se nourrit presque uniquement de bambou et vit dans les régions montagneuses du centre et du sud de la Chine. En outre, ils doivent se déplacer en hiver pour chercher du bambou vers les zones à plus basses altitudes. Mais l’expansion des terres agricoles dans le pays du soleil levant réduit l’espace habitable des pandas et les met en danger.

Le gouvernement chinois a mis en place plusieurs programme de reboisement sans que cela ne fonctionne, comme le programme Gain for Green par exemple. Aujourd’hui 67 réserves de panda ont été créé dans le pays, plusieurs d’entre elles aident les pandas en mauvaise santé à se reconstruire. Les touristes sont informés des programmes de conservation du panda, ils reçoivent des formulaires descriptifs à leur entrée dans les centres en question.

En 2014, on a annoncé une hausse de 17% de la population des pandas géants depuis 2003. C’est un grand pas en avant pour les écologistes, pour un total de 1894 pandas recensés dans la nature. De plus, leurs zones d’habitation se sont étendues de plus de 5% grâce aux efforts de reboisement des forêts.

Autre bonne nouvelle, les pandas ont un super reproducteur dans leur espèce ! Un membre du nom de Pan Pan a enfanté 133 pandas avec différentes femelles, il est responsable de presque 10% de la population sauvage actuelle et 25% de la population sauvage. Les pandas sont réputés pour être de mauvais reproducteur, ce Don Juan défi toutes les statistiques.

Les associations célèbres comme WWF sont les premières à s’engager pour la défense de l’ours chinois. Depuis 30 ans, les défenseurs de l’environnement gagnent des batailles pour le repeuplement de l’espèce, mais rien n’est encore sûr aujourd’hui. Les récents débats sur l’écologie nés après les feux dans l’Amazonie ont réveillé les consciences sur l’écologie, ce qui amène de plus en plus de jeunes (et de moins jeunes) à défendre l’environnement.

État de conservation

En 2019, on compte 2060 pandas à l’état sauvage. L’espèce se reproduit trop peu pour qu’on puisse être complètement optimiste pour la suite, il est difficile de faire des estimations pour l’avenir. Ce qui est sûr c’est que les efforts doivent absolument être maintenus pour qu’il puisse payer et sauver le panda.

La destruction de leur habitat semble être la principale menace du panda, tant la population chinoise continue de croître. Les zones forestières sont menacées par l’expansion excessives des villes et des zones agricoles, poussant les pandas dans des zones plus petites et moins abondantes en ressources. Ce qui causera à termes un manque de nourriture pour l’espèce.

Surtout qu’ils sont dépendants du bambou, s’il ne pousse pas dans les zones habitées, ce sera presque impossible pour les pandas de survivre, mais les pandas se nourrissent de plusieurs variétés de bambous qui fleurissent à différentes périodes de l’année ce qui ne devraient pas les laisser sur le carreau. Cependant, le risque de famine n’est pas négligeable non plus.

Pour contrer ce problème, le gouvernement chinois travaille activement à la restauration et à la protection des forêts de bambou, et ces mesures donnent déjà des résultats positifs. Les résultats des enquêtes menées conclues que les pandas ont des zones de vies plus grandes, et plus riches en ressources.

Mais le réchauffement climatique pourrait détruire 35% de la zone de forêt couverte par les bambous au cours des 80 prochaines années.