Les problèmes de peau du chat

Les problèmes de peau du chat

Les problèmes de peau du chat

Les problèmes de peau du chat sont nombreux. On n’envisagera ici que les plus fréquents.

Les parasites

Les puces sont de très loin les parasites les plus fréquents du chat surtout pour les matous ayant un accès à l’extérieur. Empêcher le chat de sortir n’est pas la meilleure solution. Il existe de nombreux traitements : trois  retiennent notre attention de par leur absence de toxicité (c’est important chez le chat où bon nombre de produit sont toxiques…) : le fipronil en spray surtout, le lufénuron comme traitement de fond visant à réduire la population de puces, et l’imidaclopride en pipette. Ces produits s’administrent tous les mois sur la peau pour le fipronil et l’imidaclopride, dans la nourriture ou par injection pour le lufénuron. On peut en fonction des situations associer certains de ces produits. Les puces sont à la source de bon nombre de réactions allergiques chez le chat : il importe donc de s’en débarrasser.

Les champignons (ou teignes)

Egalement fréquentes les teignes touchent préférentiellement les chats avec un poil long type persan. Quand elles touchent de grands effectifs de chat elles sont difficiles à éradiquer car le milieu est fortement contaminé et le traitement n’empêche pas une réinfestation ultérieure. Les symptômes peuvent être variés : en général, il n’y a pas de démangeaison, on note des chutes de poils circonscrits souvent au niveau de la tête parfois carrément une “tonte” en forme de pièce de monnaie avec une peau très légèrement réactionnelle : présence de “pellicules” plus ou moins fines. Ces teignes sont contagieuses à l’homme : dans le doute on évitera pendant quelques temps les bisous… Le traitement fait appel à des lotions à base par exemple de kétoconazole, à diluer et à appliquer sur le poil deux fois par semaine. Il peut être nécessaire de tondre l’animal. En fonction de l’importance des lésions il pourra également être utile de donner des comprimés “d’anti champignons” pendant 4 à 6 semaines. On veillera à passer l’aspirateur aussi souvent que possible pour éviter une trop forte contamination du milieu extérieur.

Les infections

Sont en général moins fréquentes que chez le chien. Suivant l’importance des lésions et le germe en cause il pourra être utile d’utiliser des désinfectants locaux (type Bétadine).
ATTENTION: certains désinfectants utilisés chez l’homme provoque de graves brûlures chez le chat. La mise sous antibiotiques pourra être décidée par votre vétérinaire. Il sera peut être amené à rechercher la présence de virus particuliers (leucose, FIV) qui peuvent expliquer la grande sensibilité de votre chat aux infections.

Les allergies

Plus fréquentes qu’on ne le croit habituellement… Elles entraînent des lésions variées qui en général “grattent”. On note parfois suivant l’origine et les formes, des chutes de poils, des croûtes sur la peau, des zones à vif voire carrément des plaies. Les causes les plus fréquentes sont les puces et l’alimentation. Les traitements consistent à éliminer la cause quand elle est connue. Le recours aux corticoïdes (sur prescription) ou à d’autres molécules immuno modulatrices (cyclo sporine) pourra dans certains cas s’avérer indispensable.

Conduite à tenir devant un problème de peau

Les lésions sont importantes : n’attendez pas pour consulter un vétérinaire avant que ces lésions ne s’étendent encore. Votre chat a des problèmes de peau et vous avez des plaques rouges qui vous démangent : consultez un praticien.

Le chat vit normalement, les lésions ne sont pas trop inquiétantes, vous n’avez rien “attrapé” (teignes) :

– d’abord les choses simples et peu coûteuses ! Faire un BON traitement anti puces.

– contrôler l’alimentation : uniquement des croquettes de qualité. Les vétérinaires vendent des aliments complets prévus pour minimiser les réactions allergiques. A distribuer pendant au minimum deux mois. Au pire (ou au mieux !) vous pouvez cuisiner pour votre chat une nourriture à base uniquement de viande qu’il n’a pas l’habitude de manger (cheval, mouton…) pendant deux mois. Faites le point avec votre veto après, en effet ce régime n’est pas équilibré et il n’est pas conseillé de le donner à vie.

– pas d’amélioration ? consultez ! Des examens complémentaires s’avèrent probablement indispensables.

 

Dr Philippe Bonarelli – Source : www.animols.com

Les problèmes d'oreille du chat
Les principales maladies du chat