Retour spectaculaire d’espèces menacées en Belgique et diminution extrême d’animaux plus courants

Retour spectaculaire d’espèces menacées en Belgique et diminution extrême d’animaux plus courants

Le 29/09/2013

Castors, chevreuil et cigogne sont de retour en Europe. Le plan de protection ou de réintroduction de certaines espèces semble porter ses fruits. Pas pour tous malheureusement: les hirondelles, les alouettes et certaines chauvesouris se font de plus en plus rare.

Au cours des cinquante dernières années, 37 espèces d’animaux sauvages se sont remarquablement rétablies en Europe, indique vendredi une étude commandée par le WWF. L’organisation de protection de la nature met en évidence le travail ciblé de protection de la nature et la réglementation établie par l’Union européenne comme facteurs de changement.

Les chevreuils ont augmenté de 500%!
 
Les scientifiques qui ont participé à l’étude ont inventorié et analysé l’évolution de la population et de dispersion de 37 espèces d’oiseaux et de mammifères depuis 1960. Les résultats sont spectaculaires concernant des espèces comme l’ours brun, le bison d’Europe ou encore l’orfraie. Des tendances positives que le WWF observe également en Belgique: entre 1980 et 2005, l’interdiction de chasse en Flandre concernant les chevreuils a permis à cette population d’augmenter de 500%. Le taux de croissance des populations de cigognes en période de couvaison, des spatules et des milans royaux est encore meilleur.

Le castor et le loup: de retour

On remarque également le retour du castor et du loup, qui a été aperçu dans les Ardennes en 2011, et la présence étonnante du vautour fauve ces dernières années. “Les mesures de protection, combinées aux programmes de réinsertion et à un esprit ouvert permettront assurément à d’autres espèces de suivre le même chemin”, commente Frans Schepers, de Rewildering Europe. Ce dernier pointe encore le rôle écologique important que jouent notamment l’écotourisme, qui permet d’optimiser les chances de retour des espèces et la sensibilisation aux avantages qu’offre la protection de la nature.

Les chauves-souris rhinolophe ont diminué de 99%!

Mais à côté de ces bonnes nouvelles, la réalité est bien plus dure pour toute une série d’espèces qui, elles, ne cessent de diminuer. Si les espèces citées ci-dessus sont de retour, l’inverse se produit pour des espèces plus communes: alouettes (-70%), hirondelles (-50), chauves-souris rhinolophe (-99%) et bien d’autres, voient leur population baisser d’année en année quand on regarde des recensements effectués dans les années 70.

Il n’existe aucun programme pour sauvegarder ces espèces

Pour elles, aucun programme n’est vraiment mis en place  et il serait difficile de le faire car leur biotope dépend en grande partie de l’homme. La sauvegarde de ces espèces est donc une affaire de tous.

Au niveau mondial, selon Natagora, l’association de protection de la nature, on a perdu 30% de la biodiversité depuis 1970.

Source : RTL

Retour spectaculaire d'espèces menacées en Belgique et diminution extrême d'animaux plus courants

Intoxication chez le chien ou le chat : réagir en urgence
Maltraitance : ces femmes qui restent pour protéger leurs animaux