Les Russes dépensent des milliards pour leurs animaux domestiques

Les Russes dépensent des milliards pour leurs animaux domestiques

Le 01/08/2013

Sergueï Sereda, vétérinaire depuis 36 ans, nourrit son chien Tchoub avec de la nourriture industrielle et estime qu’elle est plus saine que les restes de table, écrit le quotidien RBC Daily le 1er août 2013.

Beaucoup de Russes sont également de cet avis: d’après Euromonitor, en 2013, ils ont acheté à leurs animaux de compagnie l’équivalent de plus de 2,2 milliards d’euros de nourriture industrielle, soit 8% de plus par rapport à l’an dernier. Cela représente l’un des plus grands indices de croissance en Europe de l’est.

La Russie représente le plus grand marché de nourriture pour chats et chiens en Europe de l’Est: elle accumule 57% des ventes régionales, selon les calculs d’Euromonitor. En unités de mesure, selon les prévisions des analystes, le marché russe atteindra presque 590 000 tonnes en 2013, soit 6,7% de plus par rapport à 2012.

En valeur, les ventes de nourriture pour chats en Russie atteindront cette année presque 1,5 milliard d’euros, et près de 750 millions d’euros pour la nourriture pour chiens. L’an dernier, ces indices étaient respectivement à hauteur de 1,35 milliard et 700 millions d’euros. Dans l’ensemble, les ventes augmenteront cette année de 8%, sachant qu’en moyenne, au cours des cinq dernières années, le marché a connu une croissance de 6,1% par an.

La plus grande hausse est enregistrée dans les villes provinciales – Toula, Perm et Ekaterinbourg, soulignent les chercheurs. Alors que dix ans auparavant, il n’y avait pratiquement aucune demande pour la nourriture industrielle en dehors de Moscou et de Saint-Pétersbourg.

Les fabricants de nourriture pour animaux confirment les statistiques d’Euromonitor. Nestlé (les marques Friskies, Félix, Purina One) a fait remarquer que la catégorie de la nourriture pour animaux connaissait l’une des plus fortes croissances dans le segment russe des produits de grande consommation. “On observe une tendance au passage des “restes de table” à la nourriture industrielle, a déclaré le service de presse de la société. La plus forte croissance est enregistrée dans les régions telles que la Sibérie, l’Oural et le sud du pays.”

“Le marché connaît clairement une expansion, reconnaît Sergueï Sereda, président de l’Associations des vétérinaires pratiquants. Premièrement, le nombre d’animaux domestiques dans les ménages augmente. Deuxièmement, la culture de nutrition change.”

Le vétérinaire nourrit ses animaux uniquement avec de la nourriture industrielle. Il a actuellement un chien appelé Tchoub qu’il a ramassé dans la rue. Jusqu’à l’année, dernière Tchoub vivait en “colocation” avec un chat qui venait également de la jungle urbaine. “Le chat avait plus de 20 ans, il est mort l’an dernier”, a déclaré Sergueï Sereda.

Il estime que les produits de qualité ne peuvent pas être remplacés par de la nourriture industrielle, mais il reconnaît qu’il est impossible de préparer des repas équilibrés pour son animal domestique. Selon le vétérinaire, la solution consiste en une nourriture de qualité. Il déconseille d’acheter des produits bas de gamme, bien que dans tous les cas, ils soient meilleurs que les restes de table. Il faut être très prudent avec des croquettes vendues au poids, car les règles de conservation ne sont pas toujours respectées, a averti Sereda.

Selon le Département de l’agriculture des USA, près de 60 millions d’animaux sont domestiqués en Russie, dont 30 millions de chats et 21 millions de chiens.

Source RIA Novosti

Les Russes dépensent des milliards pour leurs animaux domestiques

Des droits de l'homme pour... les animaux?
Vers et parasites chez le chien et le chat : à quelle fréquence le protéger ?