Chassés pour leur viande, ces animaux sont désormais menacés d’extinction

Chassés pour leur viande, ces animaux sont désormais menacés d’extinction

Le 16/06/2014

Près de 90% des lémuriens sont désormais menacés d’extinction, selon la dernière mise à jour de la Liste rouge des espèces menacées dressée par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Cette Liste rouge de l’UICN recense 73.686 espèces, animales et végétales, dont 22.103 sont menacées d’extinction.

La mise à jour de la Liste rouge confirme les craintes selon lesquelles 94% des lémuriens sont menacés d’extinction. Parmi les 101 espèces de lémuriens existantes, 22 sont classées dans la catégorie “en danger critique”, dont la plus grande espèce vivante, l’Indri de grande taille (Indri-Indri). 48 sont classées “en danger”, notamment le plus petit primate du monde “le microcèbe de Mme Berthe”, selon l’UICN. Les lémuriens comptent ainsi parmi les groupes de vertébrés les plus menacés de la planète, notamment sur l’île de Madagascar, indique encore l’organisation.

Tués pour leur viande

Les lémuriens sont victimes de braconnages. Même si leur chasse est interdite, les lémuriens sont tués pour leur viande sur l’île de Madagascar, en proie à une pauvreté croissante. Une chasse  sauvage qui n’épargnerait aucun animal, pas même les femelles porteuses.

L’anguille du Japon surpêchée

D’autre part, l’anguille du Japon (Anguilla japonica), considérée comme un mets fin traditionnel et le poisson de consommation le plus cher du pays, a été classée dans la catégorie “en danger”, en raison de la perte de son habitat et de la surpêche. L’Asie de l’Est est la plaque tournante de l’élevage, de la vente et de la consommation de cette espèce.

La mascotte de la Coupe du Monde menacée

L’actualisation de la Liste rouge de l’UICN comprend également la réévaluation de la mascotte de la Coupe du Monde 2014 de la FIFA, le tatou à trois bandes du Brésil (Tolypeutes tricinctus). Le nombre de spécimens de cette espèce aurait décliné de plus d’un tiers au cours des 10 à 15 dernières années, en raison d’une perte de 50 % de son habitat.

Cueillette sauvage: des fleurs en danger

“L’évaluation mondiale des orchidées de la sous-famille des Cypripedioideae des zones tempérées de l’hémisphère nord, dont fait partie le fameux Sabot de Vénus, révèle que 79 % de ces plantes ornementales prisées sont menacées d’extinction”, avertit l’UICN. Selon l’organisation, leur disparition est en grande partie due à la “destruction de leur habitat et à la cueillette excessive des espèces sauvages pour le commerce local et international”. “Avec ses fleurs caractéristiques en forme de pantoufle destinées à piéger les insectes pour assurer leur pollinisation, ces orchidées comptent parmi les plantes à fleurs les plus connues et emblématiques”, ajoute l’organisation, basée en Suisse, à Gland, dans le canton de Vaud.

Les orchidées de cette sous-famille “sont des espèces prisées dans le commerce horticole mondial, un secteur qui pèse plusieurs millions de dollars”, selon Hassan Rankou, un expert cité par l’UICN. Parmi les autres nouveautés de cette Liste rouge, figure aussi la fleur nationale des îles Caïmans, l’orchidée “Wild banana” (Myrmecophila thomsoniana), qui fait son entrée dans la catégorie “en danger”.

Source : RTL

Chassés pour leur viande, ces animaux sont désormais menacés d’extinction

La drôle de vie des animaux de nuit
L'un des plus grands éléphants d'Afrique tué par des braconniers